Choisissez votre langue

Comprendre l’œuf à couver

Pendant de nombreuses années, l'éclosoir a été considéré comme une simple machine de « finition ». Cependant, des recherches entreprises par Petersime ont montré que l'éclosoir peut améliorer et optimiser ce qui avait déjà été accompli dans l'incubateur, entraînant des gains en termes d'uniformité, de qualité, de taux d'éclosion et de performances post-éclosion. Ceci nécessite une bonne gestion de programme d’incubation.

Par Roger Banwell, Responsable de développement de couvoir

Vous trouverez ci-dessous deux éléments clés qui vous aideront à tirer le maximum de vos éclosoirs.

1. Adaptez votre programme d'incubation en fonction du moment où a lieu le transfert

Dans l'idéal, le transfert des œufs de l'incubateur vers l'éclosoir est organisé le 18e jour. Cependant, pour toute une série de raisons pratiques, dans la plupart des couvoirs le moment du transfert variera entre le 15e jour au plus tôt et le 19e jour au plus tard.

Par exemple, si pour un transfert à 17 jours et 12 heures, vous avez appliqué les mêmes programmes d'incubation que pour un transfert à 18 jours et 12 heures, vous risquez d'obtenir des résultats sous-optimaux. Pourquoi ? Comme on le voit sur le graphique ci-dessous, la température d'un œuf évolue durant les différentes phases du processus d'incubation : l'activité vasculaire (le sang qui circule vers la membrane extérieure) (1), le retournement (2), le bêchage interne (3) et le bêchage externe (4). 

Le graphique simplifié ci-dessous montre des changements clés dans les conditions environnementales requises.

Le graphique montre clairement qu'un transfert après 17 jours et 12 heures nécessitera des conditions très différentes dans l'éclosoir de celles qui sont nécessaires pour un transfert après 18 jours et 12 heures.

2. Chargez uniquement des œufs du même troupeau et du même âge, avec le même temps de stockage et provenant d'un incubateur équilibré

En fonction du type de troupeau, de l'âge et du temps de stockage, le profil global tel qu'indiqué ci-dessus changera, et les durées intermédiaires et les pics différeront. Si différents troupeaux sont combinées, il devient difficile, voire impossible, d'obtenir des conditions optimales.

Le graphique montre que la production de chaleur élevée de la période de pic d'efforts du troupeau jeune avec des temps de stockage courts coïncide avec la phase de bêchage interne du troupeau âgé qui a été stockée plus longtemps.

Par conséquent, charger des œufs provenant d'une source uniforme dans l'éclosoir est également essentiel afin de profiter d'une stimulation thermique et/ou au CO2.

Références:

Vince M.A., Effects of external stimulation on the onset of lung ventilation and the time of hatching in the fowl, duck and goose. British Poultry Science, 1973, 14:4, 389-401.

Tong A., McGonnell I.M., Romanini C.E., Berckmans D., Bergoug H., Roulston N., Garain P., Demmers T., Effect of high CO2 during the final 3 days of incubation on the timing of hatching in chick embryos. CIGR - International conference of agricultural engineering, Valencia, Spain, July 8-12, 2012.