Choisissez votre langue

3 recommandations pour réduire votre fenêtre d’éclosion

Une fenêtre d'éclosion réduite peut se traduire par l'amélioration de l'uniformité des poussins d'un jour, de la qualité et des performances post-éclosion. Forts de ce constat, nous avons réuni quelques conseils tirés de l'étude du comportement de la mère poule pour vous aider à écourter la fenêtre d'éclosion et à améliorer la performance de vos poussins.

Par Eduardo Romanini, coordinateur de recherche en matière d'incubation

1. Restauration des œufs

Le taux d'éclosion diminue lorsque les œufs sont stockés pendant plus de 7 jours. D'ailleurs, plus les œufs sont stockés longtemps, plus la baisse du taux d'éclosion est importante. Les œufs stockés affichent un taux de mortalité embryonnaire plus élevé entre le premier et le troisième jour de l'incubation, et ils ont besoin de quelques heures de plus pour achever le cycle d'incubation. En conséquence, certains poussins vivants sont rejetés à l'enlèvement parce qu'ils ont éclos trop tard pour être exploitables. Ou alors ces poussins retardataires ne sont pas suffisamment matures pour aller dans les fermes et peinent à survivre ou à grandir de manière optimale. Plus la fenêtre d'éclosion est étendue, plus le problème s'amplifie. Même si les œufs sont stockés pendant des périodes plus courtes, il est possible qu'ils aient été soumis à différentes conditions à la ferme, ou qu'ils soient mélangés avec des œufs issus d'autres troupeaux afin de charger complètement les machines. 

Pour réduire la fenêtre d'éclosion, vous devez amener les œufs stockés pendant une longue période à un stade de développement embryonnaire précoce plus uniforme avant de démarrer l'incubation. Les œufs stockés pendant une courte période bénéficieront aussi de la restauration. Leur variabilité sera notamment réduite. L'application d'un traitement thermique avant l'incubation offre un grand potentiel de restauration du taux d'éclosion, voire d'amélioration de l'uniformité des poussins d'un jour. Or, pour le mener à bien, il est primordial de contrôler précisément les principaux paramètres d'incubation. Pour parvenir à des améliorations significatives, vous devez non seulement mesurer et réguler avec précision la température des coquilles d'œufs dans l'incubateur, mais aussi contrôler et uniformiser les étapes de réchauffement et de refroidissement des œufs.

2. Chargement équilibré sur le plan thermique

Le mélange des lots dans les incubateurs modernes et à grande échelle est une pratique assez courante. Cela dit, le chargement des machines doit suivre un schéma visant à garantir un équilibre optimal et la meilleure uniformité possible. Il est fondamental de comprendre comment l'air circule dans l'incubateur afin de parvenir à une uniformité thermique accrue et à une fenêtre d'éclosion plus courte.

En résumé, vous devez charger les incubateurs en fonction de la circulation de l'air et de la production de chaleur métabolique des embryons. Par exemple, dans le cas d'une machine combinant un ventilateur de mélange central et des éléments de chauffage et de refroidissement, il convient de placer les lots affichant une fertilité élevée ou comprenant des œufs plus volumineux (les œufs qui produisent plus de chaleur) le plus près possible du pulsateur afin que la chaleur se dissipe au mieux. Les chariots contenant des œufs produisant peu de chaleur (et dont le taux de fertilité est moindre) doivent être placés au milieu de l'incubateur, tandis que les œufs caractérisés par une production de chaleur moyenne doivent être installés près des parois de l'incubateur. Si l'équilibre thermique n'est pas atteint dans la machine, la variabilité sera accrue et la fenêtre d'éclosion plus étendue.

Vous devez veiller à l'équilibre thermique non seulement au cours des 18 premiers jours d'incubation, mais aussi lors de la phase d'éclosion. Il est extrêmement important de transférer les chariots vers l'éclosoir en tenant compte de la production de chaleur métabolique, puis de les disposer correctement. 

Vous trouverez de plus amples informations dans notre série consacrée au « chargement équilibré sur le plan thermique » disponible sur notre site. Et si vous êtes membre de l'Operational Excellence Programme™, vous pouvez visionner notre webinaire sur l'équilibrage thermique.

3. Interactions entre l'embryon actif et son environnement durant l'éclosion

Dans l'idéal, vous devriez transférer les œufs de l'incubateur vers l'éclosoir autour du 18e jour. Cela dit, pour une raison quelconque, il se peut que vous deviez effectuer le transfert à un autre moment. Si tel est le cas, l'embryon aura peut-être atteint un autre stade de développement et nécessitera des conditions adaptées autour de l'œuf pour se développer jusqu'à l'éclosion (voir la figure). Le graphique suivant montre comment la température de l'embryon varie au cours des différentes étapes du processus d'incubation : activité vasculaire (le sang qui circule vers la membrane extérieure) (1), retournement (2), bêchage interne (3) et bêchage externe (4) :

Selon le moment auquel le transfert a été effectué, vous devrez définir une autre température de l'air dans l'éclosoir. En outre, pour commencer la phase d'éclosion dans les meilleures conditions, il sera tout aussi important d'identifier les périodes auxquelles l'embryon réagit fortement aux stimuli de l'environnement (voir la figure). Synchro-Hatch™ déclenchera les stimuli de température et de CO₂ pour vous en identifiant le moment qui convient le mieux sur le plan biologique pour soutenir les embryons aux dernières étapes précédant l'éclosion. Le graphique simplifié ci-dessous montre les principales interactions possibles entre l'embryon et son environnement :

Par exemple, lorsque l'embryon se trouve en phase d'économie d'énergie, la température de l'air doit être réduite en conséquence. De la même façon, le réglage du CO₂ sur les bons niveaux aux bonnes périodes ne causera aucun dommage, mais amènera l'embryon à procéder naturellement au bêchage interne puis au bêchage externe.

Pour découvrir étape par étape comment adapter votre programme d'incubation, visionnez cette vidéo disponible dans la section consacrée à l'Operational Excellence Programme™ sur le site internet de service de Petersime.

En combinant une bonne gestion de couvoir et un contrôle adéquat sur ces trois facteurs clés qui ont une incidence sur les processus d'incubation et d'éclosion, vous pourrez réduire votre fenêtre d'éclosion et ainsi maximiser votre bénéfice.

Synthèse :

  1. Restauration des œufs pendant le stockage : amener les embryons à un stade de développement plus uniforme avant de démarrer l'incubation.
  2. Chargement équilibré sur le plan thermique : connaître la circulation de l'air dans les machines et utiliser cet avantage pour minimiser les différences en termes de production de chaleur entre les lots mélangés.
  3. Interactions entre l'embryon et son environnement durant l'éclosion : identifier le moment qui convient le mieux sur le plan biologique pour soutenir les embryons à l'aide de stimuli positifs de température et de CO₂ aux dernières étapes précédant l'éclosion.