Choisissez votre langue

Bio-sécurité : conseils pratiques pour réduire le risque de contamination humaine

Toutes les activités d'élevage de volaille sont sous la menace constante d'un ennemi toujours présent : la maladie et l'infection. Dans toutes nos activités, il est impératif d'apprendre à notre personnel comment réduire au maximum les risques potentiels. Dans cet article, j'explique comment les maladies se transmettent et comment vous pouvez réduire le risque de transmission humaine.

Par Jason Cormick, spécialiste du développement des couvoirs chez Petersime.

Comment les maladies se transmettent-elles ?

L'un des risques les plus importants dans les activités d'élevage de volaille est celui de propagation des maladies. Non seulement la production est réduite, mais la réputation de l'entreprise risque d'être entachée. La transmission des maladies peut avoir lieu de deux manières.

  1. 1. Tout d'abord, les maladies peuvent se transmettre verticalement, lorsqu'une bactérie comme la salmonelle ou le mycoplasme, ou un virus comme la grippe aviaire, etc. passe déjà dans l'oviducte de la poule qui pond l'œuf. En d'autres termes, l'embryon en développement sera déjà infecté pendant sa croissance.


     
  2. 2. Le deuxième type d'infection se transmet horizontalement, soit la propagation d'une bactérie par un vecteur, par exemple les particules de poussière suspendues dans l'air, le contact de l'élevage avec d'autres animaux (coléoptères, rats, oiseaux, etc.), le déplacement d'équipement depuis un élevage infecté vers un élevage sain ou l'action des hommes qui transmettent la maladie à leur élevage. Dans cet article, nous parlerons du « risque humain ».


     

Les trois sources principales d'infection sont : le mycoplasme, la salmonelle et la grippe aviaire
 

Mycoplasme

Le mycoplasme est l'un des principaux responsables des infections. Cette bactérie peut se transmettre à la fois verticalement et horizontalement, et est capable de survivre jusqu'à quatre jours sans son hôte naturel. Elle a donc un potentiel énorme pour passer d'un endroit à l'autre. Un régime minutieux de « douche à l'entrée » (le personnel doit prendre une douche avant de rentrer) et de changement de vêtements devrait réduire significativement le risque de diffusion du mycoplasme par le personnel.

Salmonelle

La salmonelle est un autre problème important dans l'élevage de volaille. Elle peut également se propager verticalement et horizontalement, et peut en outre contaminer les hommes. Le personnel et les visiteurs doivent se soumettre à des examens de routine pour toutes les activités liées aux reproducteurs.

Grippe aviaire

L'une des plus grandes menaces à l'heure actuelle pour nos activités est sans conteste la grippe aviaire, qui est parvenue à se répandre dans le monde entier. Il existe plusieurs souches de grippe aviaire, mais elles se scindent généralement en deux catégories principales :

  1. 1. faiblement pathogène ;
  2. 2. hautement pathogène.
     

Les souches faiblement pathogènes ont peu d'impact sur l'élevage. Cependant, les souches H5 et H7 sont capables de muter et de passer de faiblement pathogènes à hautement pathogènes, ce qui peut décimer une communauté entière et infecter d'autres espèces, comme les humains qui entrent en contact avec elles. La grippe aviaire se transmet également verticalement et horizontalement.

Ce ne sont là que trois risques potentiels : il en existe beaucoup d'autres, trop nombreux pour être détaillés dans cet article.

Conseils pratiques pour réduire le risque de contamination humaine

A ne pas faire quand on travaille dans les élevages :

Voici quelques règles de base devant être respectées par les travailleurs dans les élevages. Les travailleurs :

  1. 1. ne peuvent pas avoir ni garder d'espèces aviaires ;
  2. 2. ne peuvent pas entrer en contact avec les poules de basse-cour ;
  3. 3. doivent éviter les marchés de produits vivants/frais ;
  4. 4. ne peuvent pas avoir de deuxième emploi impliquant des espèces aviaires ;
  5. 5. doivent être dissuadés de pratiquer la chasse aux oiseaux sauvages.
     

Tous les employés d'un élevage doivent bien comprendre ce qu'implique la biosécurité, car il n'y a pas que les travailleurs en production qui peuvent devenir des vecteurs de maladies entrant dans un élevage.

Règles à suivre pour les Visiteurs

Les visiteurs représentent eux aussi des risques potentiels pour les activités. Pour les visiteurs externes, la règle d'or est la suivante : « S'ils n'ont rien à faire ici, ils n'ont pas à y être ». Les visiteurs doivent être contrôlés avant de pénétrer sur le site. Avant d'entrer, les visiteurs doivent remplir une fiche expliquant la raison de leur venue ainsi que la date et le lieu de leur dernier contact avec de la volaille. Ensuite, ils doivent signer une déclaration de bon état de santé. Les visiteurs doivent également recevoir des explications détaillant les règles de biosécurité. Ils doivent savoir où ils peuvent et ne peuvent pas aller, et marquer leur accord pour le respect de ces règles. Lorsqu'ils pénètrent dans l'élevage, tous les visiteurs doivent prendre une douche pour éliminer le risque d'introduction de bactéries. Les équipements doivent également être stérilisés dans des salles à rayonnement UV ou avec des sprays désinfectants.

Exemple de formulaire d'enregistrement des visiteurs

Lavage des mains

Une fois à l'intérieur, une bonne hygiène doit être appliquée pour le lavage des mains après avoir mangé ou avoir été aux toilettes, par exemple. L'usage d'un désinfectant pour les mains dans toutes les zones de l'élevage est également une bonne pratique à appliquer.

Comment se laver les mains pour éviter la contamination (Source : http://www.who.int/gpsc/clean_hands_protection/en/)

Séparez les zones « propres » des zones « sales »

Dans le couvoir, il est également utile de séparer le personnel côté œufs (« propre ») du personnel côté poussins (« sale »). Cela permet ainsi d'éviter la contamination des autres zones « propres » par le duvet des poussins. Pour plus de facilité, chaque zone peut se voir attribuer une couleur de vêtements spécifique. Par exemple, des vêtements bleus pour le côté œufs et des vêtements blancs pour le côté poussins.

 (Source : http://www.theuniformfactory.co.nz/store/category/94/overalls)

Barrières à chaussures

L'un des vecteurs continus de transmission provient des semelles des chaussures portées à l'extérieur et à l'intérieur de l'élevage. Le moyen le plus efficace d'éliminer ce risque est de placer des barrières physiques où s'opère un changement complet de chaussures, communément appelées « barrières à chaussures ».

Il sera toujours difficile de maintenir l'élevage hors de portée des maladies. Seule la coopération de toutes les personnes concernées permettra d'y parvenir. Il est impératif de rester vigilant et de signaler tout non-respect des règles afin de protéger nos activités et de garantir un approvisionnement continu à nos clients.

Pour regarder la vidéo de Jason Cormick sur « Bio-sécurité : le risque humain », rendez-vous sur https://www.youtube.com/watch?v=jPzN-rrVGpo

À propos de l'auteur

Jason Cormick a plus de 27 ans d'expérience dans l'industrie avicole : il a travaillé dans les couvoirs et les fermes à tous les niveaux de la pyramide de l'élevage, depuis le pédigrée jusqu'aux poulets de chair. En tant que spécialiste en couvoirs chez Petersime, il aide les clients de Petersime à distance mais aussi en se rendant sur place, et a mis sur pied une formation à la gestion de couvoirs.