Choisissez votre langue

Efficacité énergétique dans le couvoir durable

L’énergie est un facteur de coût important dans le couvoir. L’utilisation d’incubateurs et de systèmes de climatisation écoénergétiques peut considérablement réduire vos coûts d’exploitation. De plus, les avantages ne sont pas seulement financiers : le fait d’avoir une empreinte écologique réduite donnera aussi à votre couvoir la réputation d’une entreprise plus durable. Dans cet article, nous examinons différents moyens par lesquels les couvoirs peuvent parvenir à économiser l’énergie et devenir une entreprise plus durable.

Par Pieterjan Bulteel, spécialiste produits CVC et automatisation

Incubation axée sur l’économie d’énergie

La consommation électrique du moteur faisant fonctionner le ventilateur du pulsateur représente une grande partie de la consommation d’énergie totale d’un incubateur. Lors de l’achat d’incubateurs, il est donc important de rechercher un équipement doté d’un moteur de pulsateur à haut rendement énergétique. Alors que la vitesse du pulsateur doit être élevée au début et à la fin du processus d’incubation pour un chauffage et un refroidissement optimaux, il n’est pas nécessaire que cette vitesse soit élevée pendant les étapes moins critiques de l’incubation. C’est là que la technologie Eco-Drive™ de Petersime fait la différence, en réduisant automatiquement et en toute sécurité la vitesse du pulsateur pendant cette partie du processus.

Grâce à la proportion de puissance tierce entre la vitesse du pulsateur et la puissance du pulsateur, le fait d’abaisser la vitesse du pulsateur de 20 % permet de réduire de 50 % la consommation d’électricité du pulsateur (voir figure). L’avantage d’Eco-Drive™ est évident : un impact positif sur la consommation d’énergie de l’incubateur, et donc sur les coûts énergétiques totaux du couvoir.

Consommation d’énergie du moteur du pulsateur en fonction de la vitesse du pulsateur :
abaisser la vitesse du pulsateur de 20 % permet de réduire de 50 % la consommation d’électricité du pulsateur. 

Circulation d’air avec régulation de pression pour une efficacité énergétique maximale

Les incubateurs à chargement unique ont des besoins spécifiques en volume d’air qui varient en fonction de l’étape du cycle d’incubation. Il est essentiel que la température et l’humidité de l’air introduit soient correctes pour garantir des résultats d’incubation optimaux. Étant donné que les conditions climatiques extérieures sont instables, un système de chauffage, ventilation et climatisation (CVC) bien conçu est nécessaire pour conditionner correctement l’air extérieur avant qu’il n’entre dans les salles d’incubation et les incubateurs à chargement unique. Et comme chaque mètre cube (m³) d’air conditionné coûte de l’argent, il est essentiel de sélectionner le système de climatisation écoénergétique approprié.

Certains systèmes de climatisation fournissent en permanence un volume d’air maximal fixe à la salle d’incubation et d’éclosion. Cela peut sembler un bon moyen d’assurer un contrôle climatique adéquat, mais, dans les faits, cette méthode entraîne un gaspillage d’énergie considérable. Étant donné que la consommation d’air des incubateurs à chargement unique et des salles d’incubation est variable, il est plus économique et plus écoénergétique d’installer un système de climatisation avec régulation de pression qui n’apporte et ne conditionne que la quantité exacte d’air nécessaire à un moment donné. Chaque fois que la consommation d’air augmente ou diminue, la pression chute ou augmente respectivement. Une sonde de pression enregistre ces fluctuations et ajuste la vitesse du ventilateur et le débit d’air. Les résultats sont remarquables.

  • Laconsommation électrique du ventilateur est réduite au minimum.
  • Le volume d’air optimal est chauffé, refroidi, humidifié ou déshumidifié. En d’autres termes, aucun air conditionné n’est gaspillé. Cela réduit considérablement la consommation d’énergie de la chaudière et du refroidisseur.

La régulation de la pression peut être appliquée à toutes les salles du couvoir et permet de réaliser des économies d’énergie substantielles, à condition que les portes soient maintenues fermées autant que possible pour minimiser la perte d’air conditionné.

Une alimentation en air adéquate à chaque étape garantit qu’aucun air conditionné n’est gaspillé, réduisant ainsi au minimum les coûts énergétiques. 

Durabilité grâce à la récupération de chaleur dans le couvoir

Les embryons qui se développent génèrent des niveaux élevés de chaleur naturelle pendant l’incubation. Les œufs incubés procèdent constamment à un échange de chaleur avec le micro-environnement alentour à l’intérieur des incubateurs. Dans un couvoir standard, la chaleur naturelle des embryons est transférée à l’eau de refroidissement de l’incubateur avant que le refroidisseur n’évacue la chaleur dans l’air extérieur. Ce processus nécessite une consommation électrique élevée, principalement par le refroidisseur. Mais il existe une autre façon de faire : la récupération de cette chaleur naturelle des embryons représente une opportunité majeure d’économiser de l’énergie.

Dans un couvoir durable, les systèmes de récupération de chaleur recyclent les niveaux élevés de chaleur naturelle générés par les embryons qui se développent à l’intérieur des incubateurs. Les deux principaux systèmes sont : la récupération de chaleur sur l’eau de refroidissement de l’incubateur et sur l’air du plenum de l’incubateur.

Dans le premier système, la chaleur de l’eau de refroidissement de l’incubateur est utilisée pour préchauffer l’air frais entrant dans les climats froids ou pour réchauffer l’air après déshumidification dans les climats chauds et humides. Cela offre un double avantage, permettant un retour sur investissement rapide :

  • Les coûts de chauffage du couvoir diminuent.
  • La consommation d’énergie du refroidisseur est nettement inférieure.

Dans la mesure où la chaleur naturelle des embryons est non seulement transférée à l’eau de refroidissement de l’incubateur, mais aussi à l’air ambiant, l’air du plenum de l’incubateur peut également être utilisé pour chauffer l’air frais entrant. Ici, étant donné que l’air prélevé dans le plenum de l’incubateur est considéré comme « sale », un échangeur de chaleur sera nécessaire pour transférer la chaleur d’un flux d’air à l’autre en toute sécurité et éviter les risques de contamination.

Enfin, pour les couvoirs situés dans des climats chauds et humides, la récupération de chaleur sur le refroidisseur constitue une autre option. La chaleur du côté condensation d’un refroidisseur à eau est utilisée pour réchauffer l’air après déshumidification. Cela dit, il y a des éléments à prendre en compte pour réussir. Tout d’abord, les besoins globaux en chauffage du couvoir doivent être inférieurs à la capacité de refroidissement totale des incubateurs afin d’obtenir un système qui fonctionne en continu. Deuxièmement, un aéroréfrigérant pour le refroidisseur à eau et un deuxième refroidisseur à air pour le système de climatisation seront nécessaires.

Conclusion : exploiter le potentiel d’économies d’énergie

Alors que les prix de l’énergie continuent d’augmenter et que la notion de durabilité gagne en importance, il est crucial que chaque système de votre couvoir fonctionne aussi efficacement que possible. Bien que les systèmes de régulation de la pression et de récupération de chaleur nécessitent un investissement initial plus élevé, ils peuvent vous offrir un retour sur investissement rapide avec des économies d’énergie avantageuses sur le plan économique, ainsi qu’une réputation d’entreprise durable pour votre entreprise.

Chez Petersime, nous concevons à la fois des équipements d’incubation et des systèmes de climatisation en tenant compte de l’efficacité énergétique. Nos incubateurs à chargement unique sont équipés de série de la technologie Eco-Drive™ pour réduire la consommation d’énergie des incubateurs et des éclosoirs, tandis que notre solution Eco-VAC™ réduit considérablement la consommation d’énergie du système de climatisation. N’hésitez pas à nous contacter ou contactez votre distributeur pour en savoir plus.