Choisissez votre langue

Incubation avec mesures manuelles de la température de coquille d’œuf

La température est le paramètre le plus important d'incubation. Donc, permettre à la température de coquille d'œuf d'imposer la température de l'air durant l'incubation constitue indéniablement un excellent mode de fonctionnement. Dans les couvoirs fonctionnant avec des machines ligne S, l'OvoScan™ de Petersime procède automatiquement et avec précision aux mesures, calculs et adaptations nécessaires dus à la température de coquille d'œuf, et ce, sans ouvrir les portes de l'incubateur. Si vous ne disposez pas de l'option OvoScan™ dans votre couvoir, vous pouvez également procéder aux mesures des températures de coquilles d'œufs manuellement. Lisez la procédure pour obtenir des résultats optimaux et limiter au maximum les dommages aux embryons. 

par Roger Banwell, Responsable de développement de couvoir

Mesures automatiques de la température de coquille d'œuf avec OvoScan™

Le système OvoScan™ est la solution idéale pour les couvoirs équipés d’incubateurs de la ligne S de Petersime. Il fonctionne en temps réel tout au long du cycle d'incubation en réalisant en permanence des relevés et en réagissant par incréments de 0,1°F afin de maintenir la température de coquille souhaitée.

OvoScan™ est constitué d'un ensemble d'unités à infrarouge de balayage de coquille d'œuf et d'un contrôleur intelligent renfermant les algorithmes OvoScan™. En règle générale, un incubateur contient trois unités de balayage de coquilles d'œufs, placées à trois endroits différents d'un chariot, afin d'obtenir un échantillon représentatif.Chaque scanner de coquille d'œuf utilise des sondes à infrarouge pour relever la température exacte des coquilles d'œufs, dans quatre positions adjacentes. Les faisceaux de la sonde à infrarouge sont focalisés pour que la chambre à air interne de l'œuf n'ait aucun impact sur les mesures de températures. Grâce à cette technologie, OvoScan™ relève les températures avec précision, quelle que soit la taille de l'œuf. Par ailleurs, les algorithmes intégrés au contrôleur interprètent les limites de température attendues et compensent la présence éventuelle d'œufs stériles. Les mesures sont ainsi exemptes d'erreurs, en toutes circonstances.

Mesures manuelles de la température de coquille d'œuf

Le potentiel que présente le fonctionnement avec mesures de température de coquille d'œuf est maintenant accepté dans le métier ; les couvoirs non-équipés de la ligne S emploient de plus en plus fréquemment des thermomètres portables à infrarouge, tentant de reproduire le système OvoScan™.

Bien que ces mesures manuelles de la température de coquille d'œuf ne puissent jamais être aussi précises et faciles d'utilisation qu'avec l'OvoScan™, elles constituent une alternative acceptable, à condition que le procédé soit contrôlé et l'équipement adapté. Ci-dessous se trouve une liste de conseils pratiques dans le cadre d'une incubation avec mesures manuelles de la température de coquille d'œuf.

Conditions de l'incubateur

Équilibrer le chargement de l'incubateur (cf. article Équilibre du chargement de l'incubateur). Une combinaison trop diversifiée de types de bandes, d'âges, de temps de stockage, etc. empêche d’identifier des conditions environnementales moyennes adaptées à tous les œufs.

Équipement de mesure

Utiliser exclusivement des thermomètres à infrarouge appropriés, bien entretenus et vérifiés régulièrement. De nombreux thermomètres à infrarouge existent aujourd'hui sur le marché mais peu d'entre eux sont adaptés à cette procédure. Beaucoup de thermomètres médicaux sont même inadaptés aux conditions ambiantes d'un incubateur et ne sont pas étalonnés pour l'émissivité de la surface d'un œuf.

Points d'échantillonnage

Ouvrir ou laisser ouverte la porte d'un incubateur pendant de longs moments est fortement déconseillé. De courtes vérifications momentanées, menées lors de périodes critiques, n'auront cependant pas de conséquences néfastes. Dans cette optique, il est important d'identifier des points d'échantillonnage représentatifs des conditions moyennes et faciles d'accès (au niveau des casiers et des chariots). Sélectionner les points d'échantillonnage en hauteur, au milieu et en bas et noter les moyennes relevées.

Les relevés réalisés au niveau de la chambre à air ou à la base de l'œuf étant trompeurs, toujours s'assurer que le point de mesure se trouve au centre de l'œuf.

Quand faut-il réaliser des échantillonnages ?

L'objectif principal des relevés est d'empêcher une augmentation dangereuse des températures, sans pour autant ouvrir sans cesse la porte de l'incubateur et procéder à des relevés trop fréquents. Les temps d'échantillonnage doivent intervenir à des étapes critiques du cycle d'incubation. En tenant compte du fait que la période de croissance embryonnaire (jours 9 à 18) est plus critique que la période de développement embryonnaire (jours 0 à 9), il est recommandé d'observer une routine aux jours 3, 6, 9 et 11, puis tous les jours jusqu'au transfert.

Durée d'échantillonnage

S'assurer que la durée d'échantillonnage reste aussi courte que possible. Pour pouvoir procéder aux relevés, les chariots sont nivelés, portes ouvertes, et la plupart du temps, le ventilateur de circulation de l'air s'arrête. Ci-dessous figure une illustration des conséquences enregistrées sur quatre œufs répartis dans un casier, au milieu d'un chariot, après 15 jours et 18 heures d'incubation.

Le graphique illustre les effets du nivellement des chariots sur la largeur de l’intervalle de température qui passe à presque 0,5 ⁰F. L'ouverture de la porte et l'arrêt du ventilateur porte la largeur de l’intervalle à plus d'1,0 °F, la température de certains œufs approchant les 101,0 ⁰F. Les œufs considérés dans cet exemple ne se trouvent pas à une production de chaleur maximale ; il ne peut donc pas s'agir du pire des scénarios.

Interprétation des relevés

  • Attention, une température basse peut indiquer un œuf stérile.
  • Il faut toujours tenir compte des effets engendrés par le nivellement des chariots et par l'ouverture des portes. Les mesures manuelles sont légèrement plus élevées que les mesures prises dans la circulation d'air à l'intérieur d'un incubateur, tout particulièrement lors de la phase exothermique. 
  • Ne jamais modifier les températures de l'air de plus de 0,2 à 0,3 °F à la fois. Si besoin, procéder en plusieurs étapes sur quelques heures.