Choisissez votre langue

Incubation avec une densité d’œufs plus élevée

L'industrie avicole a connu de nombreux changements en relativement peu de temps, mais aucun de l'ampleur de l'augmentation de la capacité moyenne d'un couvoir. Il y a seulement quelques années, un couvoir était considéré comme important à partir d'une capacité d’incubation d'1 million d'œufs par semaine ; ce seuil est aujourd'hui passé à 2, 4, voire 6 millions d'œufs par semaine. Cette croissance s'accompagne de nouvelles exigences, notamment une réduction des coûts d'investissement, de la maintenance et des dépenses d'achat de terrains. Une solution consiste donc à augmenter la densité d'œufs des incubateurs.

De Roger Banwell, Responsable de développement de couvoir

Conception d'un casier d'incubation en nid d'abeilles

Petersime a créé à cet effet un casier d'incubation en nid d'abeilles, pouvant accueillir 12 % d'œufs en plus sur la même surface que le casier traditionnel de forme matricielle.

Organisation des œufs sur une structure matricielle (gauche) vs. en nid d'abeilles (droite)

Nous avons dû relever de nombreux défis et régler de nombreux problèmes avant de pouvoir commercialiser ce nouveau casier. Le casier devait en effet répondre à des exigences élevées en termes de :

  • capacité du casier à contenir des œufs aux dimensions actuelles et à venir ;
  • solidité et durabilité ;
  • compatibilité avec les technologies Embryo-Response Incubation™ ;
  • circulation d'air adéquate autour des œufs à l'intérieur de l'incubateur ;
  • compatibilité avec les systèmes d'automatisation ;
  • ergonomie.

Le casier Haute Densité final lancé sur le marché offre une capacité de 84 œufs.

Des études approfondies sur la mécanique des fluides numérique (MFN) menées à l'Université de Louvain indiquent que l'air circule de manière optimale entre les œufs.

L'augmentation de la densité d'œufs à l'intérieur de l'incubateur requiert d'adapter certaines spécifications de la machine afin d'assurer le maintien de résultats d'incubation optimaux. Un nouvel incubateur haute capacité a été conçu dans cette optique : le BioStreamer™ HD ou Haute Densité. 

Renforcement de certains composants de la machine

L'augmentation de la charge en œufs requiert évidemment une amélioration de la robustesse des chariots, de la capacité de charge des roues, de la solidité du mécanisme de retournement des casiers, etc.

Une climatisation correcte de l'air circulant est tout aussi importante. Le principal objectif est d'assurer un transfert optimal de l'énergie (sous forme de chaleur), du liquide et des gaz, en faisant passer de l'air conditionné au-dessus et autour des œufs afin de créer un microclimat optimal.

En toute logique, une augmentation de 12 % de la charge en œufs requiert une augmentation d'au moins 12 % de la capacité de chauffage et de refroidissement afin d'obtenir une climatisation adéquate. En particulier lors du pic de production de chaleur (jours 16 à 18 de l'incubation d'œufs de poule), la charge calorifique constitue un défi ; il convient alors de s'assurer que la chaleur n'endommage pas les embryons. Une augmentation de la capacité des éléments chauffants et de plus larges circuits de refroidissement permettent de résoudre ce problème et de maintenir la température de l'air requise.

Circuits de refroidissement au diamètre accru

Une augmentation de 12 % du nombre d’œufs implique également une augmentation de 12 % de la production de CO2 et de l'humidité (en raison de la perte pondérale des œufs). Des clapets de ventilation plus grands permettent aux systèmes CO2NTROL™ et DWLS™ d'atteindre leurs objectifs.

Pulsateur à cinq pales (au lieu de quatre)

Cet air contrôlé doit cependant être distribué de façon uniforme dans tout l'incubateur afin de maintenir le degré nécessaire d'échange d'énergie. Cela n'est pas chose facile.

La solution logique consisterait à augmenter la vitesse de l'air, mais cela poserait d'autres problèmes. Augmenter la vitesse de l'air dans une masse plus importante requiert en effet d'augmenter l'écart de pression, ce qui accroît inévitablement la plage de température – un effet secondaire qu'il convient d'éviter en toutes circonstances.

Finalement, en ajoutant une cinquième pale au ventilateur central, le département de R&D de Petersime a trouvé un moyen d'augmenter le mouvement de l'air tout en maintenant une plage de température uniforme dans toute la coque de l'incubateur.

Le ventilateur central de Petersime est souvent qualifié de pulsateur, en raison des pulsations des rotations de l'air centrifuge.  Pour faire simple : lorsque chaque pale en rotation avance vers un point donné, unfort courant d'air allant vers l'avant passe par ce point, suivi d'unfort courant d'air entrant lorsque la pale passe.

Le graphique ci-dessous illustre ce phénomène. Il indique clairement que l'ajout d'une 5e pale augmente le nombre de pulsations, tandis que la vitesse de l'air (l'« amplitude » ou la hauteur des ondes) reste la même. Les pulsations supplémentaires n'ont donc aucun effet sur la plage de température.

Circulation d'air avec quatre et cinq pales

Des essais poussés effectués dans le couvoir du département de R&D de Petersime et sur le terrain ont montré qu'une augmentation de la densité d'œufs n'avait pas d'impact négatif sur les performances d'incubation, que cela soit sur le taux d'éclosion ou sur la qualité/l'uniformité des poussins.