Choisissez votre langue

Principes de l’incubation à chargement unique (5) 

Partie 5 : Perspectives La série « Principes de l'incubation à chargement unique » est terminée. Les paramètres d'incubation les plus importants pour obtenir des performances optimales dans un couvoir à chargement unique ont été abordés. À ce stade, nous allons examiner l'avenir potentiel de l'incubation à chargement unique.

Roger Banwell, responsable de développement de couvoir chez Petersime

Incubation

Rétrospectivement, l'incubation n'a jamais été considérée comme un élément majeur dans la chaîne de production, en raison du manque de flexibilité de l'incubation à chargement partiel. Depuis, cette attitude a été rejetée par des producteurs visionnaires et l'incubation est reconnue aujourd'hui comme une composante essentielle du processus.

Certains ont avancé que l'équipement actuel génère des résultats qui laissent peu de place à l'amélioration. Cependant, dans une perspective d'avenir, il est nécessaire d'avoir une vision plus large. L'une des premières questions que l'on se pose est la suivante: nos résultats sont-ils optimaux ou presque ?

L'approche actuelle de l'incubation sonde la température au niveau de l'ensemble des œufs ou d'un échantillon et produit des conditions environnementales contrôlées mais générales pour cet ensemble. L'objectif ultime serait peut-être de considérer les signaux générés par chaque œuf et de produire ensuite le micro-climat spécifique requis par chaque œuf.

Avec les progrès technologiques et l'augmentation de nos connaissances, il est possible de lire des signaux spécifiques au-delà des niveaux thermiques et gazeux actuels. Comme nous élargissons le spectre d'événements biologiques marquants, il est possible de détecter, identifier et/ou contrôler les réactions chimiques et les composés. Les progrès dans les solutions d'ingénierie permettront d'assurer un contrôle et une manipulation physiques bien supérieurs à ce qui se fait actuellement.

Tous ces facteurs permettent de penser que l'incubation a encore un long chemin à parcourir. À mesure que nous développons nos connaissances, les nouvelles et futures technologies sont plus accessibles financièrement et les ingénieurs trouvent des solutions plus innovantes. C'est pourquoi le domaine de l'incubation poursuivra ses efforts pour atteindre le meilleur potentiel génétique dans la plus grande uniformité.

Notre compréhension du processus naturel s'améliore, et notre capacité à reproduire les interactions positives entre l'oiseau, l'environnement et l'œuf fertile augmente. De plus, nous sommes capables d'éviter n'importe quel événement négatif qui a lieu pendant le processus naturel: le stress dû à la peur des prédateurs, les conditions météorologiques extrêmes, etc.

En éliminant la distraction parentale, le stress et/ou les conditions environnementales extrêmes, nous devenons en quelque sorte le « parent idéal ».

Productivité optimale

La constatation la plus évidente qu'il aurait peut-être fallu mentionner au début de cet article, est qu'il n'est plus possible de regarder de manière isolée l'incubation ou tout autre élément de la chaîne de production. Les différentes approches sont sujettes à débat. Mais je persiste à penser qu'il est maintenant démontré que le meilleur moyen d'atteindre des performances finales optimales est d'évaluer toutes les composantes du processus quant à leur interaction complexe, mais indéniable.

L'industrie change rapidement. Le schéma ci-dessous est tiré de la présentation que j'ai donnée en 2004. À l'époque, cette approche était considérée comme assez fantaisiste, mais cette façon de voir est devenue populaire.

Pour que cette approche fonctionne réellement, tous les acteurs vont devoir collaborer: l'université, les éleveurs, les nutritionnistes, les spécialistes de l'incubation, les fabricants, etc. Si ça marche, le potentiel sera bien supérieur à ce que nous connaissons aujourd'hui.

Environnement

Les effets sur notre environnement seront toujours un élément important et une préoccupation majeure au moment de la conception et du fonctionnement de l'incubation. L'utilisation efficace de l'énergie, zéro émission et des pratiques respectueuses de l'environnement sont des sujets importants. Récupération de la chaleur, économies d'énergie, réduction de la consommation d'eau, ventilation contrôlée, facilité de nettoyage, élimination/réduction de l'utilisation de produits chimiques, etc. Ces éléments sont actuellement tous prioritaires lors de la conception des produits de Petersime.

Bien-être animal

Le bien-être animal est à juste titre de plus en plus important et ne doit pas être sous-estimé. Toutes les parties doivent être conscientes du bien-être des animaux. De la production des œufs à la gestion de ferme, le bien-être des animaux doit être un objectif prioritaire. Cela nécessite une bonne gestion, la formation du personnel et un équipement/des installations de bonne qualité et bien entretenus.

L'incubation joue un rôle majeur dans le bien-être animal. L'assurance d'un développement parfait et d'une croissance embryonnaire optimale, ainsi que la création de conditions d'éclosion idéales et de bons stimuli sont d'une importance vitale. Une fois couvés, les poussins doivent être maintenus dans des conditions environnementales parfaites et le point d'accès à la nourriture et à l'eau doit être optimal.

Résumé

Les changements dans le secteur de la production avicole ces dernières années sont énormes. Il suffit de regarder 20 ou 30 ans en arrière pour voir la croissance des gros producteurs entièrement intégrés et la transition entre la méthodologie à chargement partiel non flexible et le système à chargement unique complètement flexible. Avec cela, notre compréhension et notre connaissance ont certes augmenté, mais notre capacité à les utiliser à des fins d'application commerciale a été le moteur de la conception et du fonctionnement de l'incubation.

Des facteurs comme l'environnement et le bien-être animal gagnent de l'importance alors qu'on s'efforce d'optimiser la productivité le long de toute la chaîne de production. Il est difficile de prédire notre situation dans les 10 ou 20 prochaines années, pas parce que nous manquons d'idées, mais parce que les possibilités sont immenses.