Choisissez votre langue

Stockage des œufs: bonnes pratiques

À leur arrivée au couvoir, les œufs sont en principe stockés durant plusieurs jours avant le début de l'incubation. Ce laps de temps s'étend de 0 à plus de 20 jours. Pour réduire la mortalité embryonnaire et optimiser le taux d'éclosion ainsi que la qualité des poussins, il est essentiel de mettre en place les meilleures conditions possibles dans la salle de stockage des œufs. Le stockage des œufs est destiné à interrompre provisoirement le développement de l’embryon, jusqu'au démarrage de l'incubation. S'il n'est pas effectué correctement, le taux de mortalité prématurée sera plus élevé, ce qui est souvent faussement associé à des œufs stériles. Cet article s'intéresse aux deux paramètres les plus importants du stockage des œufs, à savoir la température et l'humidité.

Par Jason Cormick, Spécialiste en couvoirs

1.     Température

Le développement de l’embryon est ralenti par refroidissement jusqu'à ce qu'il prenne fin. Ce point est appelé communément zéro physiologique. La valeur exacte du zéro physiologique est contestée au sein de la communauté des experts. Edwards (1902) l'a estimée à 21 °C, tandis que Funk et Biellier (1944) l'ont établie à 28 °C. Plus récemment, en 1992, Fasenko et ses collaborateurs ont découvert que le développement s'arrêtait à 14 °C.

L'expérience nous a appris qu'une température de 21 °C est suffisante pour suspendre le développement embryonnaire pendant quelques jours.

Les températures effectives dépendent de la durée de stockage des œufs. Les températures relativement basses sont préférables en cas de stockage prolongé, car elles permettent mieux de freiner le développement embryonnaire que les températures élevées.

Tableau : les valeurs de température et d'humidité idéales sont fonction du nombre de jours durant lesquels les œufs sont stockés.

Il est déconseillé de stocker les œufs à une température supérieure à 21 °C, dans la mesure où il pourrait en résulter une croissance bactérienne accrue à la surface.

De plus, un stockage dépassant 7 jours entraîne une hausse du taux de mortalité prématurée des embryons à cause de la mort cellulaire. Une méthode visant à atténuer ce phénomène a été récemment mise au point par le docteur Dinah Nicholson d'Aviagen ; elle repose sur de courtes périodes d'incubation contrôlées durant le stockage des œufs. Le principe consiste à stimuler la division cellulaire et à favoriser davantage le stockage prolongé des œufs tout en minimisant les pertes.

En termes de température ambiante dans la salle de stockage des œufs, il est préconisé de respecter les conditions suivantes :

  • En cas de stockage long des œufs, veiller à ce que la température soit abaissée au plus tôt (ne pas attendre 7 jours).
  • Uniformiser la température dans toute la salle de stockage des œufs. Des différences de température supposent en effet que les œufs parviennent à leur température d'incubation à différents moments et éclosent donc séparément, ce qui augmente la fenêtre d'éclosion. La meilleure façon de garantir une température homogène est d'installer plusieurs thermomètres dans la salle.
  • Préférer des thermomètres maxima-minima aux thermomètres standard. Les premiers peuvent être lus une fois par jour, affichant les valeurs extrêmes observées au cours des dernières 24 heures.
  • Ne pas placer les thermomètres contre les murs pour éviter que la valeur relevée ne soit altérée par la température du mur et que la réaction soit par conséquent plus lente qu'avec les thermomètres suspendus dans le vide. 

Utilisez des thermomètres maxima-minima à suspendre dans le vide.

  • S'assurer qu'aucune sonde de contrôle ou de surveillance ne se trouve dans l'alignement des sources de température ou d'humidité pour obtenir des valeurs affichées exactes.
  • Le flux d'air dans l'espace de stockage peut être adapté de façon à créer un environnement équilibré. À cette fin, vous pouvez vous servir de ventilateurs de plafond. Toutefois, ceux-ci ne doivent pas être directement dirigés sur les œufs, car la température pourrait baisser encore plus sous l'effet du refroidissement dû au vent. Par ailleurs, un déplacement d'air rapide au milieu des œufs risque aussi d'accroître la perte d'humidité. De ce fait, les ventilateurs doivent « tirer » l'air plutôt que le « pousser ». 

Les ventilateurs doivent tirer l'air plutôt que le pousser.

2. Humidité

Durant le stockage, l'humidité des œufs est évacuée par la coquille dans l'atmosphère de la salle de stockage. Si les niveaux d'humidité ambiante sont déjà élevés, l'air ne peut pas assimiler et retenir toute l'humidité supplémentaire en provenance des œufs. Pour cette raison, l'humidité relative doit être de 75-80 % (reportez-vous au tableau ci-dessus). L'humidité dégagée par les œufs avant le début de l'incubation est alors limitée.

Quelques conseils relatifs à l'humidité :

  • L'humidité doit se présenter sous la forme d'une fine brume qui ne mouille aucun des œufs.
  • Les humidificateurs doivent être régulièrement entretenus et nettoyés. Si vous ne les contrôlez pas, ils peuvent devenir un réservoir naturel pour les bactéries, qui seront vaporisées sur les œufs lorsque l'humidificateur sera activé.

Les humidificateurs sales peuvent représenter un terrain propice à la prolifération de bactéries.

Références:

  1. Edwards, C. L., The physiological zero and the index of development from the egg of the domestic fowl. 1902, Am. J. Physiol., 6:351–397.
  2. Funk, E. M. et H. V. Biellier, The minimum temperature for embryonic development in the domestic fowl (Gallus domesticus). 1944, Poult. Sci. 23:538–540.
  3. Fasenko, G. M., F. E. Robinson, R. T. Hardin et J. L. Wilson, Variability in preincubation embryonic development in domestic fowl. 2. Effects of duration of egg storage period. 1992, Poult. Sci. 71:2129–2132.