Choisissez votre langue
Verhaeghe-Het Anker signe un partenariat avec Petersime pour élargir son couvoir ponte

Verhaeghe-Het Anker signe un partenariat avec Petersime pour élargir son couvoir ponte

Entretien avec Hans Verhaeghe.

Nous arrivons sur le site du couvoir Verhaeghe, où nous accueille chaleureusement Hans Verhaeghe, troisième génération aux commandes de l'entreprise et passionné de volailles. Hans Verhaeghe a pris la direction du couvoir à l'âge de 26 ans, succédant ainsi à son père, Gaby Verhaeghe.

« Enfant, je ne m'imaginais pas faire ce métier. Comme les autres enfants, je voulais être pompier, ou footballeur, mais plus tard, il est devenu évident que ma place était ici », dit-il. « Je suis né et j'ai grandi avec ce couvoir. » Son grand-père, Leon Verhaeghe, a créé le couvoir dans les années 1930 avec seulement deux incubateurs au tout début.

Un petit couvoir face à d'immenses défis

Verhaeghe-Het Anker est devenu une ferme avicole intégrée, toujours située sur le même site de Geluwe, dans la province de Flandre occidentale, en Belgique. Depuis plus de 80 ans, cette entreprise familiale consacre l'essentiel de ses activités à l'élevage de poules pondeuses destinées à la consommation. Bien que l'éclosion des poussins d'un jour destinés aux couvoirs professionnels soit une activité secondaire, elle a progressivement pris de l'importance au point d'aboutir à un partenariat stratégique avec le couvoir hollandais Het Anker en 2009.

Ce partenariat imposait à Verhaeghe d'augmenter ses capacités de production et donc de s'étendre, ou plutôt de créer de nouvelles installations là où se trouvait l'ancienne. Ce fut l'occasion de repartir de zéro sans limites ni restrictions liées à la disposition du plan de masse existant. L'ancien couvoir ne générait qu'un tiers de la capacité du nouveau. Souvent, l'entreprise devait sous-traiter l'exécution des grosses commandes à d'autres couvoirs.

Cette nouvelle capacité plus importante permet à l'entreprise de satisfaire des demandes vertigineuses à l'export. Malgré cette extension, Verhaeghe-Het Anker demeure un couvoir de taille relativement modeste. « Nous employons actuellement 15 personnes à durée déterminée. Bien que nous disposions en interne de deux experts en sexage à l’aide des plumes, nous recrutons parfois six personnes supplémentaires pour accomplir cette tâche. Tout dépend de la demande. »

Hans Verhaeghe a dessiné les plans de son nouveau couvoir avec le couvoir Het Anker.

Une conception intelligente qui reflète des années d'expérience

Après nous être méticuleusement désinfectés et avoir enfilé des vêtements et des chaussures propres, nous entamons notre visite guidée du couvoir flambant neuf. Ce qui nous étonne immédiatement, c'est la présence d'une seule entrée centrale servant à la fois à la livraison des œufs et au départ des poussins. Par ailleurs, l'espace de stockage est également très restreint. La disposition de ce couvoir est inhabituelle.

L'expérience personnelle de Hans Verhaeghe, son sens de la planification et une conception économique rationnelle ont été mis à contribution. « Depuis que nous avons conjugué nos efforts avec Het Anker, nous avons besoin de moins d'espace de stockage. Ils sont responsables de la planification. Nous nous concentrons uniquement sur l'aspect opérationnel », explique Hans Verhaeghe. « Het Anker bénéficie ainsi de la capacité de production supplémentaire de notre site et peut mutualiser ses risques sur plusieurs pays. »

En s'appuyant sur sa propre expérience et sur ses attentes, il a dessiné les plans de ce nouveau couvoir en collaboration avec l'équipe de Het Anker. Pour tout ce qui concerne l'équipement, les logiciels, le contrôle climatique et les conseils, il a opté pour Petersime. « Petersime s'est imposée naturellement comme partenaire pour ce projet », affirme Hans Verhaeghe.

« Évidemment, Petersime bénéficie d'une excellente réputation, mais nous connaissions aussi très bien les produits. Notre couvoir précédent était déjà équipé d'incubateurs Petersime. Nous connaissons donc la robustesse des produits et l'excellent service du groupe. »

Hans Verhaeghe a choisi de construire un bâtiment compact comprenant une salle d'incubation équipée de 12 BioStreamer™ 12S, dotés de l'Operational Excellence Technology™, et de 8 éclosoirs Biostreamer™ 4H, avec la technologie Embryo-Response Incubation™. « Pour moi, c'était la concrétisation d'un rêve, trouver le moyen de bâtir ici un nouveau couvoir. »

Le couvoir produisant 4 millions de poussins d'un jour par an, Hans Verhaeghe a opté pour un système semi-automatisé. « L'intervention humaine demeure nécessaire », dit-il, « mais bien que les machines représentent une manière aisée d'optimiser le flux des travaux, l'implication du personnel reste indispensable pour plusieurs raisons, comme le contrôle et la maintenance de l'équipement, la biosécurité et la gestion des données. »

Couvoir Verhaeghe-Het Anker à Geluwe, dans la province de Flandre occidentale, en Belgique.

Du rêve à la réalité

L'ancien couvoir est resté opérationnel et les travaux du nouveau couvoir ont commencé en avril 2016. Ce fut certes une période d'activité intense pour l'entreprise, mais le souhait de Hans Verhaeghe s'est concrétisé le 21 décembre 2016, lorsqu'il a transféré les œufs des anciennes machines aux nouvelles. Cette coopération avec Petersime a été à la hauteur de ses attentes.

« Nous avons bénéficié d'un excellent service à la clientèle grâce à une équipe dont l'expertise et les compétences sont éprouvées. Ils connaissent manifestement le métier et ses priorités. Même la haute direction s'est largement impliquée et a témoigné de son intérêt pour notre projet. » Il poursuit :

« Je savais que les incubateurs seraient d'excellente facture, mais ce qui m'a le plus marqué dans ce projet, c'est l'équipe Petersime. Les commerciaux, les ingénieurs, les techniciens et toute l'équipe se sont impliqués en faisant preuve d'un immense savoir-faire. Ils ont accompagné le projet avec leur solide expertise, ce qui m'a profondément impressionné, même après des années de métier. »

Améliorer les résultats pour assurer l'avenir

Opérationnel depuis plus d'un an, le nouveau couvoir démontre ses multiples atouts, parmi lesquels une moindre consommation énergétique et des coûts de main-d'œuvre réduits grâce aux nouvelles machines, aux systèmes de chauffage, ventilation et climatisation, et à l'installation de la récupération d'eau très astucieuse. Hans Verhaeghe obtient également de meilleurs résultats en ce qui concerne la qualité et la quantité des poussins. « Nous faisons éclore un plus grand nombre de poussins et ils sont sensiblement plus robustes. Notre clientèle étrangère le confirme, depuis qu'elle constate qu'un plus grand nombre de poussins survit au transport longue distance. »

Lorsque nous demandons à Hans Verhaeghe ce qui le comble le plus, il ne réfléchit pas longtemps : le logiciel Eagle Eye™. Il a fait le choix de cette solution pour gagner en confort et en flexibilité. « Nous sommes extrêmement satisfaits de cette décision. Nous apprécions le confort qu'elle procure, car nous ne devons plus être constamment présents au couvoir. Les incubateurs se gèrent à distance. En cas de besoin, nous prenons des décisions plus efficaces et plus rapidement », poursuit-il.

Grâce à cette extension, le couvoir Verhaeghe gagne en indépendance et en flexibilité, tout en délivrant des résultats de qualité supérieure. L'entreprise ayant davantage de contrôle grâce à son équipement doté des technologies les plus récentes, elle s'apprête à affronter les prochains enjeux du secteur des poules pondeuses, comme le bien-être animal et la séparation par sexe dans l'œuf. Un défi de taille qui n'effraie pas du tout Hans Verhaeghe.